Pour une critique positive

73 pages

Plus de détails

5,00 €

Ajouter au panier

30 autres produits dans la même catégorie :

Ecrit par un militant pour des militants.

La première publication de Pour une critique positive est datée de 1962. Rédigé en détention (les prisons de la République hébergeaient alors de nombreux patriotes coupables d'avoir participé à la défense des Français d'Algérie), ce texte est un exercice d'autocritique sans comparaison "à droite".

S'efforçant de tirer les enseignements des échecs de son action, l'auteur propose une véritable théorie de l'action révolutionnaire. Pour une critique positive a été une influence stratégique majeure pour de très nombreux militants, des activistes estudiantins des années 70 aux identitaires.

Pour une critique positive a été publié sous anonymat, comme c'est souvent le cas pour ce type de textes d'orientation, mais il est aujourd'hui communément admis que Dominique Venner en fut l'auteur. C'était avant qu'il quitte le terrain de l'action politique pour se consacrer à l'histoire.

Nous avons souhaité conserver l'oeuvre originale dans son intégralité, les références ou le vocabulaire employés dans le texte pourront parfois surprendre ou choquer. S'il arrive que les mots soient durs, c'est que l'époque et les épreuves traversées l'étaient.

L’essai Pour une critique positive parut en 1964 [1], au lendemain du combat perdu pour l’Algérie française, « écrit par un militant, pour les militants », ce texte, analyse sévère et lucide, fut en quelque sorte le Que faire ? d’une génération.

Pour une critique positive établit une distinction fondamentale et sans équivoque entre nationaux et nationalistes. L’attitude des premiers est dénoncée en des termes très durs. Incapables d’organisation, méprisant le militantisme, facilement enthousiastes et aussi facilement découragés, les nationaux, en « troupeau massif », se refusant à prendre en main leur politique, se réfugient dans les mythes : mythes du « sursaut national », du « sauveur », de l’armée, mythe des rassemblements ou « fronts » électoraux [écartés d’une formule impitoyable, « zéro plus zéro égal zéro ! »].

A la conception des nationaux, Pour une critique positive oppose l’idée d’une organisation, d’un mouvement révolutionnaire « pur et dur », sans « petit chef » mais animé par une solide équipe de militants nationalistes. C’est une conception calquée sur le modèle du parti de type bolchevique. Il faut, comme lui, avoir une idéologie qui guide tous les actes ; il faut se méfier des notables et être un parti de militants ; il faut assurer une sélection interne rigoureuse et dégager un noyau, une « élite révolutionnaire » prête à tout, et à tous les sacrifices ; il faut agir dans tous les secteurs de la vie, de la Nation et multiplier les courroies de transmission.

De l’essai Pour une critique positive nous avons scrupuleusement conservé le texte original. Nos amis lecteurs sauront d’eux-mêmes se remémorer le contexte du début des années soixante et effectuer les réactualisations nécessaires sur certains points [la notion d’Occident par exemple…].

Panier  

produit vide

Les auteurs

Réductions

Toutes les promos

Vos livraisons