La défaite française - Un désastre évitable, Tome 2

de Jacques Belle, 360 pages

Plus de détails

29,00 €

Ajouter au panier

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

30 autres produits dans la même catégorie :

                         Le 18 juin 1940 à Münich, tout s'était passé comme si Hitler n'avait eu d'autre souci que d'aller au devant des espoirs du nouveau gouvernement français qui venait la veille de solliciter un armistice. Il déclara à son compère Mussolini qu'il fallait faire "un pont d'or à la France" : elle ne serait pas occcupée en totalité, elle serait désarmée certes, mais elle aurait la garde de ses bateaux une fois rentrés au port et elle s'administrerait elle-même sur tout son territoire, outre-mer compris. lorsqu'il eut connaissance de ces conditions, le gouvernement de têtes militaires présidé par le maréchal Pétain signa des deux mains.  L'intention de poursuivre la lutte outre-mer avait été, en France, celle du président du Conseil en fonction jusqu'au 16 juin, Paul Reynaud, celle de ses principaux ministres et aussi celle du président de la République et des présidents des Assemblées parlementaires. leur départ pour l'afrique du nord avait été organisé dans les moindres détails. Outre-mer, cette volonté était partagée par tous les responsables civils et militaire, au premier rang desquels le général Noguès. S'il se résolut "la mort dans l'âme" à l'armistice, ce fut d'abord parce que le concours de la Marine, promis puis retiré par l'amiral Darlan, lui fit au dernier moment défaut.  

Panier  

produit vide

Les auteurs

Réductions

Toutes les promos

Vos livraisons